• Cusco: dans le nombril avec tout le monde

    Cusco: dans le nombril avec tout le mondeCusco: dans le nombril avec tout le mondeCusco: dans le nombril avec tout le mondeCusco: dans le nombril avec tout le mondeCusco: dans le nombril avec tout le mondeCusco: dans le nombril avec tout le mondeCusco: dans le nombril avec tout le mondeCusco: dans le nombril avec tout le mondeCusco: dans le nombril avec tout le monde LE ZAPPING               Considérée par les Incas comme le "Nombril du monde", Cusco est aujourd'hui le coeur de l'énorme "machine touristique" péruvienne. Y passer quelques jours permet de s'imprégner de la fabuleuse histoire des incas mais implique inévitablement une plongée dans le tourisme de masse. La Vallée Sacrée, Cusco, le Machu Pichu et l'extraordinaire richesse des vestiges pré-colombiens attirent les curieux du monde entier.

    Américains, australiens, japonnais, européens se croisent dans les étroites ruelles pavées gavées d'hôtels, de magasins de souvenirs, d'agences touristisques, de restaurants...Les vendeurs ambulants, présents à tous les coins de rues, proposent un arsenal impressionant de babioles: une peinture du Machu Pichu, une photo, une flûte de pan, une tenture, un bonnet, ... qu'il faut gentiment refuser par le répétitif "No gracias".Cusco: dans le nombril avec tout le monde     Cusco: dans le nombril avec tout le monde    Cusco: dans le nombril avec tout le monde            Cusco: dans le nombril avec tout le monde     Cusco: dans le nombril avec tout le monde

    Pour organiser cet afflux massif de touristes, la Municipalité et le ministère de la Culture ont imposé le "boleto turistico". Pour 130 soles (ou 70), ce ticket donne le droit d'entrée à quelques musées, à un spectacle de danses quechuas et aux ruines qui sont éparpillées sur les hauteurs de la ville et dans la "Vallée Sacrée".  Sans ce précieux sésame, impossible de voir quoi que ce soit. Le Machu Pichu est évidement la grande star locale. Pour espérer s'y rendre, il faut débourser au minimum 130 soles, réserver plusieurs jours à l'avance et résoudre le casse-tête du transport. L'impression de se trouver dans un parc d'attraction brise un peu la magie des lieux.

    Malgré tout, Cusco reste magique. Dévastée par les espagnols et par plusieurs séismes, la ville garde les traces d'une histoire singulière, rencontre de deux mondes. Les monuments construits par les conquistadors reposent sur les fondations primitives de pierres gigantesques taillées et imbriquées comme les pièces d'un puzzleCusco: dans le nombril avec tout le monde Pierre à 12 angles Cusco: dans le nombril avec tout le monde Depuis la Plaza de Armas, dans un dédale de ruelles, les quartiers de San Blas et San Cristobàl s'étirent le long des collines. Sur les façades des maisons blanchies à la chaux sont accrochés des balcons de bois sculptés. Franchir les imposantes portes est l'occasion de découvrir de superbes patios.Cusco: dans le nombril avec tout le monde Seul inconvénient le froid qui tombe sur la ville une fois que Inti (le soleil en quechua) disparaît.

    Dimanche 13 mai 2012

    Depuis vendredi, nous faisons donc partie des touristes qui envahissent Cusco. Comme la  majorité d'entre-eux nous avons d'abord dû trouver un hôtel. La ville en regorge mais encore faut-il tomber sur le bon. Nous passons nos deux premières nuits dans l'hostal "Tu hogar " dans une chambre glaciale. Heureusement le petit- dèj servi sur les toits de la ville nous réconforte un peu. Nous déménageons finalement au Pirwa backpackers,Cusco: dans le nombril avec tout le monde Cusco: dans le nombril avec tout le mondeplus chaleureux et moins coûteux (45 soles ptit dèj inclus). Fatigués et harcelés par une turista tenace, nous restons tranquiles les deux premiers jours tout en préparant notre circuit (achats des boletos turistico & Machu Pichu + informations sur les moyens de transport). 

    Autour d'une grosse part de kéké au chocolat et d'un Pisco Sour, nous célébrons la fête des mères.

    Pisco Sour                                            Danses folkloriques cusquenas             A qui le kéké?

    Cusco: dans le nombril avec tout le monde        Cusco: dans le nombril avec tout le monde       Cusco: dans le nombril avec tout le monde      Cerise sur le kéké (version locale du cake), nous assistons à un spectacle de danses typiques quechuas.

    Lundi 14 mai 2012

    Louna n'est pas très en forme mais après ces 48h de pause entrecoupées de visites de musées, il est temps de s'activer.

     Cusco: dans le nombril avec tout le monde  Cusco: dans le nombril avec tout le monde  Cusco: dans le nombril avec tout le monde

    Entre les ruines de Cusco, la "Vallée Sacrée"  et le Machu Pichu prévu pour samedi prochain, le pogramme est pour le moins chargé.

    Nous prenons un combi qui nous dépose 8 km au nord ouest, à Tambomachay.Cusco: dans le nombril avec tout le monde Cusco: dans le nombril avec tout le monde  C'est ici que l'Inca et son épouse (la princesse: Nusta) venaient se relaxer dans des bassins d'eau sacrée. Les cars déversent des touristes qui par vague déferlent devant les monuments de pierres taillées. Tout le monde parle français! Au secours fuyons!

                                                                                         Forteresse de Pukapukara

    En chemin vers la forteresse toute proche de Pukapukara,Cusco: dans le nombril avec tout le monde Loryne remarque une veste Sakifo. A l'intérieur de la veste, une française de la Réunion, à côté de la veste son petit ami. Tous deux sont instits sur notre cailloux et comme moi ont pris un mi-temps annualisé pour sillonner l'Amérique du sud. Nous faisons connaissance tout en visitant les différents sites (Q'enco & Saqsayhuaman) qui se font facilement à pied.Cusco: dans le nombril avec tout le monde Louna se sent de moins en moins bien... Q'enco, haut lieu de cérémonies. Sur des tables creusées dans la roche se déroulaient des sacrifices d'animaux pour lire les oracles. Cusco: dans le nombril avec tout le monde  Tables des sacrifices

    Saqsayhuaman est de loin le plus beau vestige des hauteurs de la capitale inca. Des pierres de plusieurs tonnes (350 t pour la + imposante!!!) soutiennent ce qui fut une forteresse en forme de tête de puma. Bourrés d'imagination et plutôt calés en construction, les incas avait donné à leur ville la silhouette du vénéré félin, la forteresse en était la tête... balaise!Cusco: dans le nombril avec tout le monde

    Malheureusement, nous ne pourrons pas en voir davantage. Notre petite Louna est vidée et c'est dans l'ambulance que nous terminons la visite. Le check-up est flou: déhydratation? Coup de fatigue? Mal lié aux changements d'altitude? Parasite?

    Le médecin préfère qu'elle soit auscultée par un pédiatre. Direction Cusco. Le diagnostique du spécialiste ne nous en apprend pas beaucoup plus. Nous ressortons avec des cachets pour les maux de tête et de ventre, une boisson hydratante. Au vu des tarifs, pas sûr que les petits péruviens profitent des connaissances d'un pédiatre!!!

    Repos, repos et repos. Louna passe tout le reste de la journée au lit et ne se réveille que le lendemain bien en forme.

    Mardi 15 mai 2012

    Nos baluchons à la consigne de l'hôtel, nous partons en fin de matinée vers  Pisaq (perdrix) dans la "Vallée Sacrée" .

    Citadelle accrochée à un versant montagneux, Pisaq protégeait l'accès sud de la vallée. Ses contours prenant la forme de l'oiseau elle fut ainsi surnommée.

    Cusco: dans le nombril avec tout le monde Cusco: dans le nombril avec tout le monde Cusco: dans le nombril avec tout le monde

     pause en terrasses                                     Temples cérémoniels (Roca Madre)        boeufs défilant pour San Isidro

    En compagnie d'un couple de barcelonais (Oscar & Elisa), nous partageons la course d'un taxi vers Ollantaytambo à 2h de route. La nuit tombe et les bus sont bondés. Létis et Louna ont le ventre qui gargouille... L'adresse choisie par les catalans nous convient (20 soles pour 3 lits aux matelas ramolis).

    HS, nos deux malades restent dans la chambre. Loryne et moi passons une bonne soirée avec Oscar et Elisa.

    Mercredi 16 mai 2012

    Cusco: dans le nombril avec tout le monde                                               Visite matinale d'Ollantaytambo. Cette citadelle aux marches interminables en impose. Poursuivi par les hommes de Pizarro, l'Inca Manco Capac y trouva refuge et infligea aux espagnols une ultime défaite avant de fuir vers l'introuvable Machu Pichu .

    Une fois essoufflés par l'ascension de ce gigantesque escalierCusco: dans le nombril avec tout le monde, nous dominons la vallée. Sur l'autre versant, des bâtiments où se réfugièrent les incas lorsqu'une crue du fleuve qui coule en contrebas dévasta leur village. D'immenses blocs de roches roses (porphyre) s'élèvent formant une façade, d'autres sont étalés sur le sol. Vandalisés par les envahisseurs, ces 6 blocs composaient deux temples. Le temple de la lune faisait face à celui du soleil à l'époque entièrement sculpté et recouvert d'une couche d'or (récupérée par les espagnols). La présence de ces roches de plus de 50 tonnes pose question. Comment réussirent-ils à les acheminer jusqu'ici depuis un montagne située à une bonne dizaine de kms? Un travail de titans. Certaines d'entre-elles, "Las piedras cansadas" (les pierres fatiguées), ont été laissé en chemin. Cusco: dans le nombril avec tout le monde     Cusco: dans le nombril avec tout le monde      Cusco: dans le nombril avec tout le monde

                        Devant le temple du soleil (inti)                                                                                               Tête de condor sculptée dans la roche

    Louna est elle aussi trop fatiguée pour randonner. Nous changeons nos plans: c'est en taxi que nous parcourerons le circuit de la Vallée Sacrée" . Sur la place, nous jetons un dernier coup d'oeil aux femmes qui Cusco: dans le nombril avec tout le mondeportent les costumes traditionnels Cusco: dans le nombril avec tout le mondeet claquons les portières du taxi. Le chauffeur est un habitant du village. Il nous sert de guide et nous apprend pas mal de choses sur les quechuas.

      Cusco: dans le nombril avec tout le monde Moray

    Moray: centre d'expérimentation agronome. Dans cet amphithéâtre formé de terrasses circulaires, les incas étudiaient les variétés de maïs et de papas (patates) pour améliorer les rendements agricoles. La position des plateaux étagés créait une vingtaine de  microclimats différents peremettant d'optimiser les rendements des récoltes.

      

    Les Salinas de Maras. Cusco: dans le nombril avec tout le mondeSpectaculaires salines à flancs de collines.

      

    Les ruines de Chinchero. Cusco: dans le nombril avec tout le monde          Cette forteresse contrôlait l'accès à la Vallée Sacrée. Comme souvent, les pierres des temples détruits par les espagnols servirent à édifier des églises. Celle qui surplombe les ruines incas abrite un autel style baroque un peu lourdingue.

    Un petit tour et puis s'en vont... Avec une française et une bolivienne, nous prenons le combi vers Cusco. A l'intérieur, d'autres franceses, dont un couple de choletais rencontré la veille à Pisaq.

    Nous retrouvons notre hôtel. Les quelques bouchées de pain du "repas" de ce midi ne nous ont pas suffi. On s'offre un bon petit resto économique mais aux plats savoureux accompagnés d'un Pisco Sour. Nos voisins de table parlent français. Décidement cette journée est placée sous le signe des rencontres! Comme nous ce gentil couple de retraités adeptes des voyages sera au Machu Pichu samedi. Peut-être les recroiserons-nous parmi la foule...

      

     

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    DOM & GEGE
    Vendredi 18 Mai 2012 à 09:51

    si ennuies gastriques, l'eau de la cuisson du riz est super pour soigner, en boire un verre toutes les heures pendant une demi journée, c'est dégeu .... mais très efficasse. Thierry a été soigné en yougo comme cela. Par contre consulter quand même ... Bisous à vous et bonne route pour la suite.

    DOM & GEGE

    2
    caro+domi
    Vendredi 18 Mai 2012 à 20:16

    quand je vois ce que vous avez déjà parcouru et vu et bien chapeau ! chapeau surtout aux filles qui gambadent comme des cabris. Alors Louna repose toi bien avant de reprendre la route. un gros bisou a vous quatre

     

    3
    Etienne974
    Dimanche 20 Mai 2012 à 08:52

    Salut la ptite famille, ca fait un moment que j'avais pas regardé votre blog mais ca a l'air de toujours bien se passer et les photos sont superbes!!

    J'espere que les petits soucis de santé ne vont pas trop perturber vos projets et que tout va rentrer dans l'ordre...

    D'apres votre programme, le Machu Pichu c'était pour hier alors Létis je veux tes impressions comme tu m'avais dit que les ruines ca n'allaient pas trop te plaire je suis sure que tu auras changé d'avis...!!!

    A bientot et bonne continuation!!

    Etienne

    4
    Doctoré de la Vega
    Dimanche 20 Mai 2012 à 15:16

    Yé tienne à vous rasoulé

    Si vuestra estomaco es un poco délangé, sé né pas glave

    Tout céla va s'alangé cuando vous allivelé au lac Titicaca

    Como mi grande ancestro Inca Garcilaso de la Vega la très bien expliqué dans son ouvlage Comentarios Reales de los Incas, le lac Titicaca :

    "es compuesto de Titi, que es plomo, y de Caca, que es sierra",  autlement dit, un bon caca de plomb et vous aulé tout oublié

    Votle dévoué Doctoré de la Vega

    5
    claudechauveau
    Lundi 21 Mai 2012 à 18:08

    bjr les mochilas ,esperons q louna va bcp mieu ,encore d belles decouvertes ,les espagnoles ont fait bcp  de degats chez les incas !! tjr bcp de rencontres c genial , les photos com dab,à bretignolles le temps pas top entre 14° et 16°,pluie ,vent;gros bisous à vous 4 les marsouins

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :