• La Paz

    La Paz

    La Paz vue du mirador Kili Kili

                                Samedi 26 Mai

    Départ de Copacabana à 10h. Une épaisse fumée noire. Le bus pétarade en avançant lentement. A travers les vitres, les hauts-plateaux défilent sous un ciel bleu limpide. Arrivés à Tiquina , le chauffeur nous demande de descendre du bus et de prendre une lancha pour traverser le lac titicaca. Les bus et voitures traversent sur des barges.   La PazLa Paz           La Paz

    Au bout des 3h30 de route: La Paz...

    Assis au fond entre des mamas chapeautées, on ne sait pas trop à quoi s'attendre. Pollution, trafic, klaxons, rues bondées, ... La grande ville classique qui généralement ne nous emballe pas trop. A moins que La Paz soit vraiment différente!

    La Paz (La Paix, nom étonnant non?) est souvent présentée comme particulière voire extravagante. La plus haute capitale du monde marche soit disant à l'envers et ne ressemble à aucune autre... A l'inverse des grandes cités sud-américaines, les beaux quartiers ne dominent pas la ville mais sont nichés au creux d'une immense cuvette. Dans le "alto" (haut), sur les collines rongées par l'érosion, s'étalent les "barrios" populaires. Derrière la Plaza San Francisco, le centre historique et ses rues pavées contraste avec la zone "moderne"et ses boutiques tendances. Partout les bus "rétros" colorent les rues tout en balançant des gaz d'échappement à l'odeur bien tenace.

    Fin de matinée, notre bus traverse les affreuses rangées de bâtiments de briques rouges et de décharges à ciel ouvert avant de descendre vers le centre. Bonne surprise, c'est plutôt calme et loin des clichés qui annoncent une forte insécurité. On se sent bien...

    Dans le quartier de San Francisco, La Pazles vendeurs d'artisanat cotoient les tiendas, les agences, les restos et les hôtels. Dans la fumée des encens, des petites dames proposent toutes sortes d'herbes bienfaisantes, des coffrets anti mauvais sort ou porte-chance et des foetus de lamas. Ca sent la magie noire...La Paz

    Comme d'habitude, nos premiers pas nous emmènent faire le tour des hôtels. Les offres sont variables: trop cher, trop crade, complet, gérant bourré, pas sympa, personne à l'accueil,... 

    L'hôtel ALEM semble être la meilleure adresse: La chambre n'est pas folichonne mais pour 80 bolivianos (8euros) on nous promet l'eau chaude et un petit dèj. Suffisant!

    La Paz n'a pas grand chose à offrir (à part quelques musées). Alors on flâne de boutiques en boutiques. Vu les prix bas, on en profite pour faire quelques achats.

    Beaucoup de voyageurs nous avaient prévenu:"les boliviens ne sont pas causants, pas très chaleureux!"

    Ca se discute. Evidemment, comme partout, certaines de nos questions n'ont eu pour réponse qu'un grognement désagréable mais dans l'ensemble les gens sont plutôt sympas. Pas habitués à voir des petites blondes, les passants s'arrêtent fréquement gratifiant Louna d'un "Qué linda", "qué hermosa la nena" accompagné d'une caresse sur la tête.

    Le soleil décline et le froid tombe sur la ville nous rappelant que nous sommes en altitude. En face de l'hôtel, des saveurs cubaines... on pousse la porte du resto et retrouvons les voileux franco-suisses rencontrés la veille à Copacabana. Autour d'un Mojito nous faisons plus ample connaissance. Leur vie est un voyage sur mer ou sur terre entrecoupé de retours réguliers en France. Nos 7 mois ne pèsent pas lourd...ça donne envie d'avoir de l'ambition!

     

     La Paz

    La Paz

    Dimanche 27 Mai

     

      Dimanche: on se prépare à une journée plus que tranquille. Le (pas toujours fiable) "Routard" prévient les touristes: "le dimanche La Paz est ville morte". En dehors des quelques marchés sans intérêt rien de transcendant. On se promène entre les étals qui envahissent les trottoirs de bibelots et de fringues vieillotes...

    De la musique nous attire quelques rues plus haut. Toute autre ambiance! Les grosses caisses et les trompettes font danser des groupes d'hommes et de femmes joliment costumées qui agitent en choeur des crécelles. La bière coule à flots et fait oublier les chauds rayons du soleil. C'est la fête des mères et les gâteaux recouverts d'une épaisse crème sont partout dans les vitrines et dans les coffres des voitures! Ca nous feraient presque envie mais nos estomacs de gringos ne supporteraient sans doute pas.La Paz

    Les fanfares défilent pour préparer la célébration du "Senor del Gran Poder" qui aura lieu dans huit jours. Pour un entraînement ça envoie pas mal. Au fur et à mesure l'alcool fait monter l'ambiance et bientôt tout le monde est bien imbibé. La ferveur est à son comble. Les grosses femmes supportent leurs maris qui ne marchent plus droit. Il est temps pour nous de rentrer.

                     La Paz       La Paz                La Paz                     La Paz

     

     La Paz                     La Paz                                 La Paz  

      

    Lundi 28 Mai

    La Paz vue du mirador Kili-kili   La Paz  Plaza Murillo

    On prépare notre départ vers Tupiza (achat des tickets de bus et de train) puis visite de la capitale avec son mirador.

      

     

    Mardi 29 Mai

    La Paz

    3 jours comme citadins. On n'a plus l'habitude...

    Le Canyon de Palca est aux portes de la ville.

    Des centaines de combis passent devant nous... Le n°42 en direction d'UNI se fait attendre. Après 45 minutes, on commence à désespérer... le voilà enfin! Au lieu des 20 minutes de trajet prévues, il nous faudra 1h10 pour quitter la ville. Brusquement, le goudron devient piste. Les écoliers en uniforme remplissent le bus de leur bonne humeur.

    Entre les détritus, quelques cases : Uni, un village verrue dans un cadre magnifique (comme souvent ici). Les montagnes de plusieurs couleurs, l'entrée du Canyon dominé au loin par le superbe Illampu La Paz

    Malgré les indications des habitants, le chemin reste introuvable alors on finit par couper à travers champs. Bon bol d'air et pique-nique devant les splendides tours rocheuses du canyon.

    De retour à La Paz, nous retrouvons Gabi & Naïma, Pierre & Cynthia (des réunionnais de St Pierre) dans notre repère cubain, Sabor Cubano, où nous abusons des mojitos. Demain, chacun reprend sa route.

    Mercredi 30 Mai

     

    La Paz Un long voyage vers le sud nous attend: 4 heures de bus jusqu'à Oruro et une nuit dans le train.

    Après la Capitale, les grands espaces du Sud Lipez. La Paz 

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    claudechauveau
    Mardi 12 Juin 2012 à 14:55

    bjr les mochilas,je ne trouve + les mots pour dire la beautè et photos que vous nous montrez tellement c ,est superbes !! bravo à louna etloryne pour la pèche et le courage qu ,elles ont  gros bisous à vous 4 papa ,mthè ,les marsouins

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :